«

»

Fév 13 2014

Imprimer ceci Article

Quand la politique n’est pas un jeu…

Quand la politique n’est pas un jeu… Ernolsheim-sur-Bruche-big

            Mini-stadium multisport

Jean-Jacques Benoît souhaite, tout seul, un complexe sportif à 8 millions d’euros dans sa première tranche. Franck Raynal propose un gymnase à 12 millions d’euros ?

Ces deux propositions relèvent d’une expression démagogique ordinaire, d’un populisme pré-électoral qui a un coût exorbitant (un investissement de 8 ou 12 millions, c'est une dette dont l'amortissement se paye par les impôts, qui nécessite un budget de fonctionnement annuel de 15% de l'investissement et un budget de maintenance de 10 à 15 % de l'investissement).

Le bon sens suggère, sur une commune aussi étendue, de rapprocher les installations sportives des jeunes sportifs afin de :

-Favoriser l’accès pour tous, y compris les personnes à mobilité réduite et les jeunes enfants sous l’œil attentif de leurs parents, sans que ceux-ci soient dans l’obligation d’accompagner leurs enfants en voiture dans une salle multisports pour une cotisation bien au-dessus de leurs moyens.

-Favoriser l’apprentissage de sports de plein-air encadrés par des éducateurs sportifs.

-Favoriser les activités parascolaires dans une ambiance de quartier.

 Franck Raynal, engage sa mandature sur une salle sportive pour 1200 personnes, avec des salles de boxe, des salles d’arts martiaux, …que deviendrait la salle de boxe de Saige et la salle d’arts martiaux de Madran, seraient-elles supprimées, ou leurs destinations seraient-elles modifiées ? S’agit-il d’un regroupement sur le Centre-Ville ?

A nouveau, c’est le quartier de Bellegrave qui est choisi, pourquoi ? Pourquoi limiter le développement des activités sportives dans ce seul quartier du centre ville ? Pourquoi ne pas décentraliser dans les autres quartiers par une offre plus diversifiée et plus équitable ? A-t-on réfléchi une fois de plus à l’offre de stationnement dans cette zone de notre ville lors des compétitions ou autres championnats s’il y en a… (1200 places, combien de voitures ?)

Nous, Citoyens Pessacais, voulons mettre l’accent sur les structures en place en privilégiant les associations sportives de la ville et en renforçant leurs offres dans ce domaine.

Il est souhaitable, avant toute chose, d’apprécier les besoins réels en termes d’équipements, en nature et en nombre, en précisant les objectifs souhaités pour l’ensemble des associations sportives de la ville. Ce but sera assigné aux ASSISES DU SPORT POUR TOUS A PESSAC dès le mois d’avril.

Durant ce temps de rencontres et d’échanges nous repenserons l’offre d’équipement :

 ·En menant un projet de dotation cohérent, réaliste et de bon sens dans tous les quartiers de la ville,

 ·  En rénovant et en modernisant les salles existantes (SPUC tennis, vestiaires de Bellegrave, etc…),

 ·    En améliorant la salubrité : salles d’eau, toilettes…,

 ·    En renforçant l’accessibilité des lieux de pratique sportive aux personnes à mobilité réduite,

 ·En définissant sans clientélisme des créneaux d’occupation pour que chaque association puisse pratiquer son sport,

 ·  En ne limitant pas le sport aux seules pratiques intérieures comme le souhaitent Messieurs Benoît et Raynal car les salles existent déjà. Les deux projets sont seulement conçus pour des sports d’intérieurs.

 ·     En privilégiant les sports d’extérieurs qui souffrent réellement d’un déficit en équipements : terrain de basket, terrains de hand, mini terrains de foot, …

 Nous, Citoyens Pessacais, souhaitons une politique sportive ambitieuse et réaliste loin de l’étalage démagogique des candidats de droite comme de gauche.  Nous voulons favoriser la pratique sportive dans ce qu’elle a de plus divers et dans sa plus grande richesse. Nous serons vigilants à l’équité de traitement entre les associations et entre les 17 quartiers de notre ville. Nous allons nous en donner les moyens.

 

No tags for this post.

Lien Permanent pour cet article : http://citoyenspessacais.fr/politique/quand-la-politique-nest-pas-jeu

Laisser un commentaire